demo

   Si certaines périodes et époques, dans le domaine de l'art, sont nommées 'courants' ou 'mouvements', c'est bien parce qu'on reconnait aisément le caractère indéterminé de leurs frontières. L'exposition "Autour des Impressionnistes" se positionne sur le principe d'un art qui n'est pas figé mais plutôt transversal et évolutif. Elle s'intéresse à la fois à des artistes profondément ancré dans l'impressionnisme, comme à des artistes aux portes de l'Art nouveau. Car le passage d'une période à une autre est faite d'inspirations partagées, de ruptures, d'origines communes et de renouveaux. En ce sens, aborder et comprendre le courant impressionniste, permet aussi d'appréhender les tendances futures qui en découlent.

 

   L’impressionnisme est un tournant révolutionnaire dans l’art. Il se développe dans la deuxième partie du XIXème siècle, dans un contexte bien particulier. La révolution industrielle va mener à la création de nombreux colorants de synthèse et à celle du tube d'étain, qui va simplifier la tâche en permettant aux peintres de travailler en extérieur de façon plus efficace. On fabrique de très nombreuses teintes nouvelles, on invente des couleurs et des chromes très vifs. Toutes ces couleurs fraîches, attirantes, facilitent l'éclosion de l'impressionnisme. Par ailleurs, l’époque est aussi marquée par le développement de la photographie. Cette dernière invention pose un cruel constat : Comment représenter ce que l’on a devant les yeux aussi fidèlement que par la photographie ? A quoi peuvent encore servir les peintres réalistes ?

   Les impressionnistes vont apporter leur réponse : utiliser la couleur pour elle-même. Ils se mettent tous à peindre à l’extérieur, face aux couleurs vives et chatoyantes des paysages qui s’offraient à leur vue. On assiste alors à des colorations inconnues jusqu’alors dans la peinture, rendant la nature d’une manière que l’on était pas habitué à la percevoir, s’attachant à l’impression que produisaient les éléments, le vent, la lumière, le brouillard, la neige,…

   Les Impressionnistes vont mettre en exergue la surprise et le rayonnement que suscite la nature, non pas en essayant de rendre parfaitement ce qui est vu par l’œil tel un appareil photo, mais en montrant, dans leurs tableaux, les aspects les plus fugitifs, les impressions, les sensations momentanées, grâce à de légères touches de peinture qui doivent permettre de saisir davantage la lumière. Ils aiment peindre le plus souvent en plein air et restituer les effets de vibrations de la lumière à l'aide de tons clairs, sans détails trop précis. Les impressionnistes sont les maîtres des jeux du mouvement, de la lumière et du flou. Ils imposent leurs couleurs chaudes. La lumière donne la vie aux choses. Cette technique permet de mieux rendre la vie perceptible, contrairement à la peinture académique où « rien ne dépasse ». Les repères traditionnels (ombres, contours précis, lignes arrêtées, etc.) disparaissent ainsi, ce qui eu pour conséquence de déconcerter passablement le public d’alors qui ne se priva point de dénigrer ces « impressionnistes ».